1

2

Conseils

d’un vieux sherpa

de la chaîne graphique

 

Premier objectif :

Acquérir des bases solides

Aujourd’hui, toute personne, grâce à la micro-informatique, peut éditer des documents techniques, des plaquettes,  des brochures ou un site sur Internet. Mais se servir d’un ordinateur et maîtriser plusieurs logiciels, quels qu’ils soient, n’est pas suffisant, si vous souhaitez évoluer dans les métiers graphiques de façon professionnelle.

Études, Création, Fabrication sont les trois activités dominantes dans les industries qui composent la chaîne graphique et chacune d’elles possède ses codes, ses règles, ses modes d’emploi. Il y a encore dix ans, il y avait une vingtaine de métiers clés qui animaient ces trois activités et qui se partageaient des tâches précises, avec des détails aux immenses conséquences. Avec l’arrivée de l’informatique, les logiciels ont tellement facilité ces tâches et sont devenus tellement performants que l’on demande actuellement (et ce n’est pas de la rigolade) à un seul utilisateur, de pratiquer au minimum 15 métiers.

 

15 métiers en fusion

pour n’en former qu’un seul

Lequel ? il n’est pas encore bien défini et pas bien clair chez la plupart des professionnels : Maquettiste ? Technicien PAO ? Infographiste ? Designer Imaginez un peu : 3 ans pour apprendre sérieusement les bases d’un métier : 3 ans x 15 métiers = 45 ans. Rassurez-vous, on n’exigera pas de vous que vous vous appeliez Super Man, mais on exigera de vous un minimum de connaissances et de technique.

 

Se former,

toujours et encore

Cela va faire bientôt 51 ans que j’exerce dans la chaîne graphique, 51 ans que je ne cesse de me former, toujours et encore. Quel merveilleux métier ! tout est toujours nouveau, tout est toujours de mieux en mieux.

 

Vive l’outil informatique

Je ne regrette pas mes maquettes et mes mises en pages réalisées traditionnellement avec les ciseaux et la bombe de colle… Vive l’outil informatique ! … nous permettant de réaliser un travail avec plus de facilité et de précision.

 

 

 

Plus vous en saurez,

plus vous serez apprécié dans votre environnement professionnel

Mais tout cela suppose des formations sérieuses et correctement ciblées au préalable. Ce qu’il faut bien comprendre et prendre conscience, c’est qu’un créateur reconnu Infographiste, Web Designer ou Directeur Artistique, peut rater sa création publicitaire si l’étude de ce pour quoi il crée n’a pas été définie dans les règles. Un exemple parmi tant d’autres : la méconnaissance des bases du façonnage par un très bon Technicien PAO peut entraîner une catastrophe lors du brochage ou de la rogne à la finition. Négliger les bases et les règles, mêmes élémentaires, des métiers de la chaîne graphique peut coûter très très cher, et pas seulement à celui qui a négligé ces modes d’emploi. Pour répondre à toutes ces urgences et exigences, j’ai créé et mis en place un programme, qui a pour mission : aborder avec détail, chaque étape d’un document destiné à être édité sur papier ou sur le web. Vous y apprendrez tout ce qu’il faut savoir pour savoir-faire bien.

 

Patience, Courage

et Humilité

Patience, car on ne comprend pas toujours tout, tout de suite.

Courage, car il faut toujours faire et refaire.

Humilité, car on ne peut pas toujours être bon dans tout et tout le temps.

Quel que soit l’emploi que vous exercez ou que vous aurez à exercer dans la chaîne graphique, dites-vous qu’il vous faudra toujours vous remettre en question. Ayez continuellement en tête que la formation est indispensable pour votre évolution professionnelle et qu’elle restera longtemps, le meilleur moyen d’apprendre pour mieux entreprendre.

 

Démarche Qualité,

une forte valeur ajoutée

Malgré mes interventions en tant que Graphiste ou Formateur, je suis structuré et organisé selon la Norme Qualité iso 9001 – 2000 qui a pour exigences : la Satisfaction Client et l’Amélioration Permanente.

En plaçant la satisfaction du client au cœur de mon organisation, la mise en œuvre d’un Système de Management de la Qualité soutient mes interventions dans une dynamique de progrès et de confiance.

 

Gilbert Varin

TRAVAILLER CHEZ SOI, C'EST POSSIBLE

Le télétravail est une excellente solution face aux problèmes de plus en plus croissants concernant les déplacements pour se rendre à son travail chaque matin et le retour chaque soir, que ce soit en train, en métro ou en voiture, les retards et les embouteillages nous prennent un temps de plus en plus insupportable, autant pour nous que pour notre employeur.

Dans la mesure du possible, travailler chez soi est quand même plus rentable pour tout le monde :

Pour vous : fatigue en moins, économies de transports (train, métro ou voiture)

Pour votre employeur : pas d’investissement dans de grands locaux et moins de charges, un employé plus reposé donc plus performant.

Il faut pour cela que vous soyez entièrement polyvalent et autonome et que votre employeur vous fasse une grande confiance.

Tout se passe par mail : planning, envoie des éléments pour la réalisation des travaux, les corrections, les bons à tirer, l’envoie définitif au format pdf sécurisé à l’imprimeur, etc.

 

Un outil récent au service des ressources humaines

Le télétravail, cette nouvelle forme d’organisation du travail, rencontre de plus en plus de succès.

Il a fait son apparition dans les textes en France le 19 juillet 2005 grâce à un accord national interprofessionnel (ANI). Ce n’est qu’en Mars 2012 que la loi a créé les articles du Code du travail, relatifs à l’exécution et la modification du contrat de travail.

Selon une enquête menée par Greenworking, le nombre de télétravailleurs est passé de 7% de la population active en 2009, à 12.4% en 2012.

 

Freins et avantages

Le télétravail a ses supporters et ses détracteurs, tant du côté des employeurs que de celui des salariés.

La moitié des employeurs est défavorable à sa mise en place. Pourtant, beaucoup reconnaissent que la qualité du travail n’est pas impactée.

Les freins du côté employeurs proviennent essentiellement de la difficulté à contrôler la qualité et la productivité, parfois aussi de la crainte que le salarié ne remplisse pas sa part du contrat terme de temps de travail. La culture du présentéisme est encore forte dans certaines entreprises.

Pour les employeurs favorables au télétravail, les arguments avancés concernent l’impact positif sur la motivation des salariés, la baisse de l’absentéisme, la diminution de la taille des locaux, et souvent même des gains de productivité.

Les salariés y voient un certain nombre d’avantages en termes de temps et de coûts gagnés sur le trajet, de diminution de la fatigue et du stress. De plus en plus d’entreprises ont adopté l’Open Space qui comporte des impacts négatifs sur les conditions de travail : bruits, déplacements tendent à diminuer la capacité de concentration et à accroître la fatigue.

A l’inverse, certains salariés préfèrent continuer à travailler dans les locaux de l’entreprise pour conserver le lien social ou parce-qu’ils ont des difficultés à mettre une barrière entre vie privée et vie professionnelle.

 

Des solutions et … du bon sens

La mise en place du télétravail nécessite un certain nombre d’adaptations de part et d’autre.

Les habitudes de management doivent évoluer. Il faut substituer le contrôle «de visu» par d’autres formes de management comme le management par les objectifs. Des outils assez simples et un peu de bon sens permettent cette adaptation.

Les habitudes de travail des salariés doivent évoluer aussi. On ne travaille pas de la maison comme au bureau.

Les nouvelles technologies offrent également une aide précieuse pour conserver le lien avec l’entreprise. Beaucoup utilisent les messageries instantanées. Elles évitent l’isolement total, permettent d’aider le salarié en cas de besoin. Certains avouent s’en servir comme moyen de contrôle mais attention à veiller au respect de la vie privée, prévu d’ailleurs dans les textes.

De nombreuses entreprises intègrent des formations dans leur plan de formation pour que chacun puisse trouver de nouvelles marques.

 

Là aussi, il faut faire confiance au bon sens de chacun.

 

 

Gilbert Varin

LE TÉLÉTRAVAIL

UNE SOLUTION À LA CRISE !

MENTIONS LÉGALES