L'ART, EN VERSIONS ORIGINALES

Si dans mon métier de base,

qui concerne les arts graphiques et la communication visuelle,

je porte 2 chapeaux :

"designer et formateur"

j’en porte un 3e,

qui est tout nouveau pour moi,

celui de promouvoir l’art

et tout ce qui en découle.

 

Nouveau défi

que je me suis lancé

dont au tout début

je ne savais pas exactement

 dans quelle catégorie me situer :

galeriste ? agent d’art ?

 agent d’artiste ?

 

Pour moi, ces 3 métiers

n'en forment qu'un seul :

RÉVÉLATEUR D'ART

Le GALERISTE

est une personne qui gère

une galerie d’art

et qui y expose les œuvres

d’un ou plusieurs artistes

de même ou de différents styles, peintres et sculpteurs.

 

J’ai tenu une galerie d’art pendant 6 ans à quelques km

de Menton et de Monaco.

Autodidacte, c’est là que

j’ai vraiment été mis à l’épreuve

de promouvoir des artistes

et leurs œuvres, c’est là que

je me suis rendu compte

que de vendre du talent,

et du grand,

n’était pas si simple, mais

je l’ai fait et en partie réussie.

C’est à cette période

que j’ai pris conscience

que les gens n’ont pas

ou pas eu cette éducation

du bonheur artistique.

Nous entendons trop souvent : « l’art ne sert à rien »,

au contraire, s’entourer d’œuvres artistiques

que l’on aime

et que l’on trouve belles

rend heureux !

quels que soient les goûts.

Ça fait du bien,

c’est épanouissant,

l’art provoque de l’émotion,

il est sensuel et tout ce qui s'adresse aux sens est artistique.

L’art est indispensable

à une vie saine,

il est bon pour la santé !

Et c’est pour cela

que depuis des années

j’ai repris cette citation

de Fernando Botéro

(que j’ai modifié légèrement) :

Quand l’art

entre dans une maison,

le bonheur s’y installe.

 

 

L’AGENT D’ART

est plus concerné

par la promotion de l’art,

de son histoire

et de son évolution.

Il est friand et curieux

des évolutions scientifiques, comme le "numérique" actuellement qui bouleverse

de plein fouet l’art

comme l’a fait en son temps

la découverte

de la photographie.

Il est surpris de la créativité infinie des artistes de tout poil.

Il analyse les tendances

et les comportements

des collectionneurs

et investisseurs d’art.

 

Je me sens aussi

très proche de ce métier,

car, à mon petit niveau

et avec beaucoup d’humilité,

je scrute, j’observe…

Sur ma page Facebook, ainsi que sur notre site web VO mag, je diffuse, j’informe

et partage beaucoup les talents, les styles et les tendances,

sans oublier les grands maîtres

qui ont précédé notre époque.

L’AGENT D’ARTISTES

gère les affaires et les intérêts

d’un ou plusieurs artistes, débutants ou reconnus.

Il effectue un travail

de promotion, négocie, prospecte, conseille l’artiste dans ses choix professionnels.

Il met en place une stratégie publicitaire et marketing

comme pour n’importe

quel produit de luxe, et là l’investissement est énorme.

Souvent l’artiste est réticent,

le doute s’installe en lui

et freine sa carrière

sauf si c’est une fondation,

un sponsor ou un mécène

qui joue le rôle d’agent.

Sinon, soit qu'il se dirige

vers des galeries où les risques

sont un peu moins élevés

et moins onéreux ou bien,

et là c'est une vraie révolution,

il ouvre sa propre galerie

et sa boutique en ligne.

Il lui reste quand même

une chose importante à réaliser

et pas des moindre, qu'il est loin

de s'imaginer la difficulté :

sa promotion.

Et c'est là qu'il va se poser

la question : suis-je artiste ou

suis-je homme d'affaires ?

 

Là aussi, je me sens concerné

car il y 11 ans,

j’ai débuté l’aventure avec Nadège Oganesoff,

artiste peintre, spécialisée dans l’art animalier et l’art ethnique.

Notre première démarche,

en décembre 2005,

a été de créer une association

pour la promotion d’artistes :

Versions Originales.

En 2006, j’ai conçu et réalisé

son livre sur ses œuvres animalières africaines

qui est édité aux éditions Sépia

et préfacé de ses deux amis,

grands défenseurs de la nature, Antoine Reille, producteur

de l’émission télévisée

« les animaux du monde »

et Allain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue

pour la Protection des Oiseaux.

Pour la promotion de ce livre nous avions organisé

une exposition, sur 3 jours,

au Pavillon de Manse

(le Moulin des Princes)

à Chantilly,

le vernissage était animé

par des musiciens africains (tambourinaires)

pour que le thème et l’ambiance soient sans faille.

Résultats : 350 personnes

se sont déplacées

(250 invitations ont été envoyées et nous estimions la venue

que de 120 personnes),

plus de 100 livres vendus

en une soirée,

le directeur des éditions Sépia, qui était présent ce soir là,

n’en revenait pas.

En 2007, Nadège a été contactée par le Conseil général

de la Côte d’Or pour faire une exposition à Nuit-Saint-Georges sur 300 m2, pendant 1 mois sur le thème des animaux d’Afrique, résultat : 5000 personnes

sont venues (écoles comprises).

Dans la même année,

une expo-vente de son livre

a été organisée chez Cultura,

une exposition à Senlis

et pour finir, une exposition

dans la cours des grands

au Grand Palais à Paris.

En 2008, j’ai ouvert

notre galerie d’art à Castillon, petit village perché

au dessus de Menton

et à 15 km de Monaco,

pendant 6 ans.

En plus des œuvres

de Nadège Oganesoff,

j’y ai exposé aussi

les œuvres de Nicole Durand, sculpteure/sculptrice

de renommée mondiale,

vivant en Italie, pour qui

je réalise actuellement

un livre d'art de 240 pages

sur ses œuvres et sa vie d’artiste,

celui-ci sera préfacé

par le Prince de Monaco,

conquis et admirateur

de ses œuvres.

 

 

Mon aide et mes conseils

dans ces métiers de l’art,

sont essentiellement basés

sur mes acquis

dans le domaine de l’édition

et de la communication.

Ils reposent sur mes prestations

bénévoles au sein

de Versions Originales.

Un peu mécène à mon niveau,

mon approche

dans le domaine de l’art

n’a aucun intérêt financier personnel.

 

Le profit de toutes

mes prestations est reversé

à Versions Originales.

 

Pourquoi me direz-vous ? Quand nous avons créé

Versions Originales

avec Nadège Oganesoff,

nous ne voulions pas

d’un système composé

d'adhérents et de cotisations,

nous avons donc opté

pour cette solution pour

faire vivre notre association,

et surtout nous ne voulions pas

demander aux artistes

par un % quelconque

pour faire rentrer de l’argent…

quel défi ! un peu dur parfois

voir très dur quelques fois,

mais tellement motivant.

Je dois souligner quand même

que Versions Originales

est une association

à but non lucratif.

Nous travaillons actuellement,

sur le projet de mettre en place

3 services complémentaires

au sein même

de Versions Originales

dans lequel est prévu :

- ATHENA

  Centre d'initiation

  et d'apprentissage aux arts

- PYGMALION

  Agence d'arts

- GALATEA

  Boutique en ligne d'œuvres d'art

  et de décoration.

 

Comme vous le constatez,

j’ai laissé l’art entrer en moi,

dans ma vie,

je continue à exercer

mon métier de base

dont la passion

ne m’a jamais quitté

depuis mon enfance,

je donne de moi-même …

et j’en suis heureux !

MENTIONS LÉGALES